Zoom sur les microbes

Ces microbes qui infectent les humains


Bacillus anthracis

Bacillus anthracis

© Dennis Kunkel Microscopy, Inc.

Nom de l’espèce : la bactérie Bacillus anthracis

Nom de la maladie : anthrax, maladie du charbon

Historique de la maladie

Passé : la maladie du charbon présente un grand intérêt historique. Jadis, cette maladie était souvent associée aux ouvriers qui travaillaient avec la laine de mouton. Vers 1850, des études plus poussées ont permis à John Bell, un médecin anglais, de déterminer qu’une bactérie était à l’origine de la maladie. La bactérie responsable de la maladie, Bacillus anthracis, fut isolée pour la première fois par Robert Koch en 1876. En 1881, trois chercheurs, dont Louis Pasteur, démontrèrent la possibilité de l’immunisation contre cette maladie avec des cultures affaiblies de la bactérie.

Présent : cette maladie est plus répandue dans les pays tropicaux, aux endroits où il y a manipulation de bétail. Moins de dix cas par année sont observés aux États-Unis.

Mode d’action du micro-organisme : la bactérie peut infecter la peau, les poumons et même les intestins. Les symptômes de la maladie sont causés par une exotoxine libérée par la bactérie qui empoisonne le tissu dans lequel elle se trouve.

Symptômes de la maladie : la maladie se développe généralement dans une coupure ou une éraflure de la peau. Celle-ci devient noire et une infection s’y développe. Des symptômes comme des maux de tête, de la fièvre et des nausées peuvent alors se faire sentir. La mort survient dans 20 % des cas lorsque la maladie n’est pas traitée. Un charbon pulmonaire peut aussi se développer à la suite de la respiration des bactéries responsables de cette maladie. Les symptômes du charbon pulmonaire sont la fièvre et des chocs anaphylactiques qui entraînent la mort en 48 heures. Si la bactérie est absorbée oralement, les nausées et les vomissements causent la mort dans 60 % des cas.

Période d’incubation : généralement entre un et sept jours

Période de transmissibilité : la transmission de personne à personne est très rare. Cependant, le sol contaminé avec des spores de bactéries peut être infectieux pendant des décennies.

Réservoir : animaux infectés. Les carcasses d’animaux contaminés peuvent se retrouver dans le sol et libérer alors la bactérie de la maladie du charbon. C’est pourquoi B. anthracis peut se retrouver dans le sol de plusieurs parties du monde. La bactérie peut aussi se retrouver dans les produits dérivés de carcasses animales.

Propagation : la transmission aux humains peut se faire par un contact direct ou par l’intermédiaire des produits d’animaux infectés comme la laine de mouton, par exemple, et probablement par piqûres de mouches qui se nourrissent sur ces animaux. La transmission peut aussi s’effectuer par un sol contaminé par des animaux infectés ou des engrais de jardinage comprenant des os d’animaux infectés.

Découvreur de l’espèce : Koch en 1876.

Traitement de la maladie : antibiothérapie (ciprofloxacine ou doxycycline par voie orale).

Distribution de l’espèce : de manière générale, la maladie du charbon est rare dans les pays industrialisés. Des régions considérées endémiques se retrouvent en Amérique du Sud et en Amérique centrale, en Europe de l’Est et du Sud, en Asie et en Afrique.

Prévention : vaccination du bétail et des travailleurs à risques comme les militaires.

Vaccin : vaccin acellulaire. Ce vaccin contient non pas la bactérie complète, mais des morceaux spécifiques de cette dernière, les antigènes.

Autre : la bactérie du charbon possède une forme très résistante, les spores, qui lui permettent de vivre jusqu’à plusieurs décennies dans le sol ou les produits animaux.