Zoom sur les microbes

Ces microbes qui infectent les humains


Chlamydia

Chlamydia

© Illustration Bruno Laporte

Nom de l’espèce : la chlamydiose génitale est causée par la bactérie Chlamydia trachomatis.

Nom de la maladie : chlamydia

Historique de la maladie : au Canada, la chlamydia est la maladie bactérienne transmise sexuellement la plus répandue. En 2008, 82 919 personnes étaient atteintes de la chlamydia. Depuis 1999, le nombre de cas déclarés a augmenté de 80,2% et cela ne cesse d'augmenter.

Mode d’action du microbe : la bactérie se réplique à l'intérieur des cellules des régions génitales et fait éclater les cellules infectées.

Symptômes de la maladie : une conséquence possible d’une chlamydiose génitale est la stérilité (impossibilité de faire des enfants). Les autres symptômes diffèrent entre les hommes et les femmes. Chez la femme, ils consistent en une inflammation de l’intérieur du col de l’utérus avec formation de pus (mucopurulent et endocervical). Cependant, dans 70 % des cas, les femmes sont asymptomatiques. Chez l’homme, la chlamydia se traduit par une sensation de brûlure lorsqu'il urine. Une démangeaison de l’urètre est ressentie. Dans 1 à 25 % des cas, l’homme n’a également aucun symptôme.

Période d’incubation : possiblement sept à quatorze jours

Période de transmissibilité : la période de transmissibilité est mal connue, mais elle est probablement intermittente.

Réservoir : les humains

Propagation : relations sexuelles non protégées

Découvreur de l’espèce : Neisser en 1879

Traitement de la maladie : certains antibiotiques comme l’azithromycine ou la doxycycline.

Distribution de l’espèce : partout à travers le monde, la maladie étant toutefois plus répandue dans les régions tropicales.

Prévention : l’utilisation de condom lors des relations sexuelles. Vérification de la présence de la bactérie causant la chlamydia chez les adolescentes et jeunes femmes ayant une vie sexuelle active.

Vaccin : non disponible

Autres : la chlamydia qui est transmise par les sérotypes L1 et L3 de C. trachomatis est appelée lymphogranulomatose vénérienne.