Zoom sur les microbes

Ces microbes qui infectent les humains


Vibrio cholera

Vibrio cholera

© Dennis Kunkel Microscopy, Inc.

Nom de l’espèce : la bactérie Vibrio cholera (du sérogroupe 01)

Nom de la maladie : choléra

Historique de la maladie

Passé : sept pandémies majeures ont été rapportées, la dernière en 1961. En 1855, un médecin anglais, John Snow, découvrit que l’eau contaminée par des excréments de personnes malades du choléra pouvait expliquer la propagation de la maladie en Angleterre. À cette époque, deux compagnies se partageaient le monopole de la distribution de l’eau. Sur les 10 000 personnes qui burent l’eau de la première compagnie (Southwark and Vauxhall company), 315 moururent ; tandis que sur les 10 000 personnes qui burent l’eau de la deuxième compagnie (Lambeth Company), seulement 37 décès furent enregistrés. En fait, les deux compagnies ne s’approvisionnaient pas au même endroit. La première compagnie s’alimentait effectivement dans la Tamise, au cœur de Londres, fleuve pollué par les excréments de la ville. À cette époque, l'eau n’était pas traitée. La deuxième compagnie s’alimentait dans le même fleuve, mais en amont de la ville.

Présent : dans les pays industrialisés, le choléra est pratiquement inexistant, mais certaines régions y sont toutefois plus sensibles en raison, habituellement, d’un mauvais traitement de l'eau d’égout. Quelques petites épidémies (moins de 300 cas) ont été rapportées aux États-Unis. Les chercheurs croient que ces épidémies localisées seraient reliées à la consommation de mollusques et de crustacés crus qui forment un réservoir alternatif. Le taux de mortalité est de plus de 50 % lorsqu’aucun traitement n’est administré, mais de moins de 1 % lorsque des soins adéquats sont donnés. Actuellement au Canada, moins de dix cas par année sont enregistrés.

Mode d’action du micro-organisme : le microbe s’attache aux muqueuses intestinales. Les bactéries ne sont pas envahissantes, mais elles produisent un poison nommé exotoxine. Ce poison entre dans les cellules qui recouvrent l’intestin et stimule l’excrétion de grandes quantités d’eau. Le malade se déshydrate alors, ce qui se traduit par des crampes musculaires abdominales, des vomissements, de la fièvre et de la diarrhée liquide. Un individu peut perdre de dix à quinze litres d’eau durant l’infection. Si cette déshydratation devient trop importante, la personne infectée peut en mourir.

Symptômes de la maladie : entérite aiguë, crampes, vomissements, forte diarrhée.

Distribution : plusieurs pays de l’Afrique centrale, l’Inde, le Pakistan, la Corée du Sud, l’Albanie et Malte. (Information prise de Prescott, Health Information for international Travelers, 1992). Le choléra peut aussi se répandre dans le sud de l’Europe.

Période d’incubation : généralement, la période d’incubation est d’environ trois jours.

Période de transmissibilité : la période de transmissibilité dure aussi longtemps que les selles contiennent des bactéries, habituellement quelques jours après la guérison.

Propagation : la bactérie se retrouve dans les aliments ou dans l’eau contaminés par des matières fécales d’individus infectés.

Réservoir : les réservoirs du choléra pourraient être les mollusques, les crustacés et le plancton.

Découvreur de l’espèce : Robert Koch en 1883.

Traitement de la maladie : le principal traitement contre le choléra consiste à boire beaucoup d’eau salée et sucrée (saccharose) afin de permettre aux intestins d’absorber le sel et l’eau et de réhydrater la personne malade. De plus, certains médicaments comme des antibiotiques (streptomycine, tétracycline, triméthoprime-sulfaméthoxazole ou de la ciprofloxacine) peuvent être utilisés. Cependant, les antibiotiques sont moins efficaces si le patient n’est pas réhydraté.

Prévention : décontamination des eaux.

Vaccin : un vaccin oral protégeant contre le choléra et la diarrhée du voyageur (causée par la bactérie E.coli entérotoxicogène) est offert aux gens qui voyagent dans les régions à risque. La courte durée d'efficacité du vaccin oblige un rappel après 2 ans. Le vaccin est composé de plusieurs souches inactivées du microbe et d'une partie inactive de la toxine cholérique.

Autres : la vaccination peut être recommandée dans les zones d’endémie.

Il existe deux sérogroupes de la bactérie Vibrio cholerae : le type 0139 et 01. Le sérogroupe 01 se divise en deux types : classique et El Tor. Le vaccin oral immunise contre le sérogroupe 01 seulement, qui est responsable de la plupart des cas de choléra.