Zoom sur les microbes

Ces microbes qui infectent les humains


Borrelia burgdorferi

Borrelia burgdorferi

© CDC

Nom de l’espèce : la bactérie en forme de spirochète Borrelia burgdorferi

Nom de la maladie : la maladie de Lyme

Historique de la maladie

Passé : la maladie de Lyme fut décrite pour la première fois en 1975 au Connecticut. L’agent causal de la maladie de Lyme, la bactérie Borrelia burgdorferi, fut identifié en 1982.

Présent : en 2014, au Québec, 63 personnes ont contracté la maladie de lyme. Il est à savoir qu'elle est en progression au Québec en raison de l'adoucissement du climat.

Mode d’action du micro-organisme : la bactérie entre dans l’organisme lors de la morsure d’une tique porteuse. Elle affecte alors la peau tout autour de la morsure, touche ensuite les nerfs, le cœur et les articulations. En fin de compte, la bactérie ira jusqu’à dégrader la couche protectrice des neurones.

Symptômes de la maladie : la maladie évolue en trois stades. Au premier stade, la morsure de la tique fait apparaître une lésion circulaire sur la peau. Cette lésion est souvent accompagnée de symptômes ressemblant à ceux de la grippe : fatigue, malaises, maux de tête, fièvre et frissons. Le second stade peut commencer plusieurs semaines, voire plusieurs mois après la morsure. Les symptômes remarqués sont alors des problèmes neurologiques, de l’arthrite et une inflammation cardiaque (un gonflement du cœur). Au troisième et dernier stade, jusqu’à plusieurs années après la morsure initiale, les individus subissent une maladie similaire à l’Alzheimer ou à la sclérose en plaques (démyélinisation des neurones).

Période d’incubation : 3 à 32 jours

Période de transmission : la transmission d’humain à humain n’a jamais été mise en évidence.

Réservoir : les cervidés (cerf, chevreuil) et les mulots

Propagation : la maladie est transmise aux humains par la morsure d’une tique, l'Ixodes dammini ou l’Ixodes pacificus. Les tiques vivent habituellement sur les cerfs ou les mulots. C’est en mordant ces animaux qu’elles reçoivent la bactérie qui vit normalement sur eux. Les tiques mordent ensuite les humains et leur transmettent ainsi la maladie.

Découvreur de l’espèce :

Traitement de la maladie : certains antibiotiques comme la pénicilline et la tétracycline sont efficaces. Si le traitement est administré dès le début de la maladie, la personne a moins de risques de développer de l’arthrite. Lorsque la maladie a eu le temps de progresser, l’utilisation d’un autre médicament, le ceftriaxone, peut alors diminuer les risques d’attaque du cerveau par la bactérie.

Distribution de l’espèce : au Canada, aux États-Unis, en Europe, en Russie, en Chine et au Japon. La zone de distribution de la maladie correspond à celle de la tique.

Prévention : une sensibilisation concernant le mode de transmission de la maladie peut aider à diminuer les risques : les tiques sont plus dangereuses entre les mois de mai et juillet. Lors d’excursions dans les bois, il faut être bien protégé contre les piqûres. Certains insecticides tuent les tiques. L’examen du corps à la recherche de morsures de tiques peut contribuer au diagnostic précoce et donc au traitement rapide de la maladie.

Vaccin : homologué en 1998 au Canada, le vaccin recombinant LYMErixTM qui prévenait la maladie de lyme a été retiré du marché en 2002 car certaines personnes se sont plaintes d'effets secondaire. En effet dans certains cas, des patients ont développé de l'arthrite lié à une trop grande production d'anticorps après avoir reçu le vaccin.