Laboratoire de recherche

Instruments d’analyse

Appareils pour électrophorèse en gel d’agaroseAgrandissementAgrandissement
© Nicole Catellier, Cinémanima

Appareils pour électrophorèse en gel d’agarose

Le fonctionnement de l'appareil à électrophorèse est fondé sur le fait que des molécules portant des charges électriques lorsqu’elles sont placées dans un champ électrique, migrent à des vitesses différentes selon leur grosseur. Ainsi, dans l'électrophorèse en gel d'agarose, l’application d’un champ électrique permet de séparer des molécules d'ADN ou d'ARN chargées négativement en fonction de leur taille. Cette séparation s'effectue à travers une matrice poreuse, tel un gel d'agarose, où les molécules de plus petites tailles se déplacent plus rapidement à travers les porosités du gel et migrent plus loin que les molécules de tailles supérieures. Lorsque les différents fragments d'ADN ou d'ARN sont séparés, ils sont révélés par un colorant fluorescent (p. ex., bromure d'éthidium) qui s'intercale dans l'ADN ou l'ARN. Les fragments d'ADN ou d'ARN sont ainsi révélés lorsqu’ils sont exposés aux ultraviolets.

Appareils pour électrophorèse en gel de polyacrylamideAgrandissementAgrandissement
© Catherine Vamos

Appareils pour électrophorèse en gel de polyacrylamide

Le fonctionnement de l'appareil à électrophorèse est fondé sur le fait que des molécules portant des charges électriques lorsqu’elles sont placées dans un champ électrique, migrent à des vitesses différentes selon leur grosseur. Ainsi, dans l’électrophorèse en gel de polyacrylamide, l’application d’un champ électrique permet de séparer, par exemple, des protéines en fonction de leur poids moléculaire. Dans ce cas bien précis, les protéines sont d’abord dénaturées à la chaleur en présence d'un détergent (SDS) qui les déroule et leur applique une charge négative. La séparation de protéines s'effectue à travers le champ électrique dans la matrice poreuse du gel de polyacrylamide, où les molécules de plus petites tailles se déplacent plus rapidement et migrent plus loin que les molécules de tailles supérieures. Une fois les protéines séparées, on peut les visualiser en les colorant directement (bleu de Coomassie, rouge ponceau ou nitrate d’argent).

OrdinateurAgrandissementAgrandissement
© Barbara Bélanger, Musée Armand-Frappier

Ordinateur

Un ordinateur est un outil multifonctionnel pour le chercheur. Il lui permet d'emmagasiner l’information (textes, images, bases de données) et d’être relié à plusieurs bases de données connectées au réseau Internet. Ce faisant, il facilite l'analyse d'une foule de données, telles que des séquences d'ADN ou de protéines.

L’ordinateur peut aussi être relié à un appareil expérimental assisté d’un logiciel informatique permettant le fonctionnement automatique de l’appareil ainsi que l’analyse et l’interprétation des données transmises.

Séquenceur automatique d’ADNAgrandissementAgrandissement
© Nicole Catellier, Cinémanima

Séquenceur automatique d’ADN

Cet appareil automatise l'opération de séquençage de l'ADN, technique qui consiste à déterminer l'ordre d'enchaînement des nucléotides d’un fragment d’ADN donné. Le séquençage de l'ADN est devenu indispensable dans plusieurs domaines de recherche. Par exemple, en médecine, il peut être utilisé pour diagnostiquer des maladies génétiques et tenter de trouver des traitements. En biologie, l'étude des séquences d'ADN est devenue un outil important pour la classification des espèces.